Amnesty Urgent Actions
Accueil Urgent Actions

Urgent Actions

6560 articles
Page 1 de 656
FI 108/23-1 | Mexique
Terminée le 3 décembre 2023

Climate displaced people need a home urgently

On 13 November, 69 people from «El Bosque» community (Tabasco) were forced to leave a plus

On 13 November, 69 people from «El Bosque» community (Tabasco) were forced to leave a temporary shelter in Frontera Village due to inhumane conditions and treatments. They were placed there temporarily after a tidal wave almost destroyed their community. Without access to income and resources, they are unable to pay rent and are therefore risking their lives through exposure to the extreme elements. The Mexican State must guarantee the human rights, including the rights to housing, adequate food, water and sanitation, and work and adequate standard of living, of the inhabitants of El Bosque, and immediately provide a participatory and fair relocation. plus

3 lettres envoyées  

FI 035/23-1 | Afghanistan
Terminée le 30 novembre 2023

Education activist Matiullah Wesa released

Education activist Matiullah Wesa was released after nearly seven months in prison. He was jailed plus

Education activist Matiullah Wesa was released after nearly seven months in prison. He was jailed for promoting girls right to education. plus

Seulement pour information.

FI 091/23-1 | Chili
Terminée le 3 décembre 2023

Des experts de l’ONU s’inquiètent de l’impunité au Chili

Le 27 novembre 2023, deux rapporteurs spéciaux des Nations unies, l’un sur les droits à plus

Le 27 novembre 2023, deux rapporteurs spéciaux des Nations unies, l’un sur les droits à la liberté de réunion pacifique et à la liberté d’association, l’autre sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires, ont appelé les autorités chiliennes à «accélérer les poursuites et les sanctions à l’encontre des agents de l’État responsables de crimes commis lors du mouvement de protestation de 2019 et 2020». Dans une déclaration virulente, ils ont exprimé leur préoccupation face à l’absence de procédure pénale visant le moindre cadre de la police et rappelé qu’il «incombe à l’État d’amener les supérieurs hiérarchiques à rendre des comptes». Amnesty International demande au procureur de la région métropolitaine du Centre-Nord d’inculper officiellement, s’il existe des preuves suffisantes, les commandants de la police nationale qui pourraient être responsables de ces violations. plus

6 lettres envoyées  

FI 028/23-2 | Russie (Crimée occupée)
Terminée le 3 décembre 2023

Imprisoned nurse may fully lose hearing

Irina Danilovich, a nurse and human rights activist, was abducted by security officers in Russian-occupied plus

Irina Danilovich, a nurse and human rights activist, was abducted by security officers in Russian-occupied Crimea in April 2022 and sentenced to seven years imprisonment following an unfair trial. She has been denied access to the healthcare she required for acute ear pain. She was recently transferred to a penal colony in Russia’s Stavropol Region, and has been denied a medical examination despite the risk of complete hearing loss. plus

9 lettres envoyées  

FI 105/15-12 | Iran
Terminée le 3 décembre 2023

Craintes pour la santé de la lauréate du prix Nobel de la paix, qui est emprisonnée

Les autorités iraniennes soumettent Narges Mohammadi, défenseure des droits humains et lauréate du prix Nobel plus

Les autorités iraniennes soumettent Narges Mohammadi, défenseure des droits humains et lauréate du prix Nobel de la paix 2023, qui est détenue arbitrairement, à la torture et à d’autres mauvais traitements, en lui refusant délibérément ou en retardant fortement l’accès à des soins de santé adéquats, afin de la contraindre à adhérer aux lois abusives et dégradantes de l’Iran sur le port obligatoire du voile. La santé de Narges Mohammadi est ainsi gravement menacée, d’autant plus qu’elle souffre de graves problèmes cardiaques et pulmonaires. plus

9 lettres envoyées  

FI 036/22-4 | Russie •
Terminée le 3 décembre 2023

Une artiste condamnée à sept ans d’emprisonnement

Le 16 novembre 2023, Alexandra Skotchilenko a été condamnée à sept années d’emprisonnement pour «diffusion plus

Le 16 novembre 2023, Alexandra Skotchilenko a été condamnée à sept années d’emprisonnement pour «diffusion délibérée de fausses informations sur l’emploi des forces armées russes». En mars 2022, elle avait remplacé des étiquettes de prix dans un supermarché local par des petits messages contenant des informations sur la guerre en Ukraine. Elle est déjà détenue depuis plus de 19 mois. Elle souffre de maladie cœliaque et d’une pathologie cardiaque, et son état de santé s’est nettement dégradé depuis le début de sa détention. Cette femme est une prisonnière d’opinion et doit donc être libérée immédiatement et sans condition. plus

6 lettres envoyées  

FI 094/23-1 | Somalie
Terminée le 21 novembre 2023

Libération d’un journaliste et abandon des poursuites contre lui

Le 17 août, des membres des forces de sécurité en civil ont arrêté Mohamed Ibrahim plus

Le 17 août, des membres des forces de sécurité en civil ont arrêté Mohamed Ibrahim Osman Bulbul, journaliste de Kaab TV et employé d’une organisation locale de défense des médias, le Syndicat des journalistes somaliens (SJS). Son arrestation a eu lieu le lendemain de la publication d’un article sur le détournement présumé de fonds de l’Union européenne destinés à former des agents de la police somalienne. Le 25 septembre, il a été inculpé de «mépris envers l’État» et de «diffusion d’informations fausses et tendancieuses». Le 28 septembre, il a été transféré à la prison centrale de Mogadiscio. Le 7 octobre, il a été remis en liberté sous caution et quelques jours après, le 11 octobre, le tribunal régional de Banadir a abandonné toutes les charges retenues contre lui. plus

Seulement pour information.

FI 101/23-1 | Turquie
Terminée le 3 décembre 2023

Il faut ouvrir toute la place Galatasaray

Le 11 novembre, après plus de cinq ans d’interdiction, 10 représentant·e·s des Mères du samedi, plus

Le 11 novembre, après plus de cinq ans d’interdiction, 10 représentant·e·s des Mères du samedi, un groupe de parents de victimes de disparitions forcées et d’autres défenseur·e·s des droits humains, ont été autorisés à lire une courte déclaration devant le lycée Galatasaray, près de la place Galatasaray, à Istanbul, en Turquie. La place Galatasaray a une importance symbolique pour ce groupe. Cette évolution positive est la bienvenue, mais elle ne va pas assez loin, à savoir la mise en œuvre complète des décisions de la Cour constitutionnelle selon lesquelles les droits des requérant·e·s à la liberté de réunion pacifique ont été bafoués et les autorités doivent empêcher que cette violation ne se reproduise. plus

7 lettres envoyées  

FI 074/23-4 | Argentine
Terminée le 3 décembre 2023

Un défenseur des droits humains condamné à payer pour une manifestation pacifique

Alberto Nallar est un avocat spécialiste des droits humains qui a joué un rôle actif plus

Alberto Nallar est un avocat spécialiste des droits humains qui a joué un rôle actif dans les manifestations ayant débuté le 15 juin dans la province de Jujuy. Traité en criminel, il a été privé de liberté et placé un mois en résidence surveillée jusqu’à sa remise en liberté le 18 août. Le 24 octobre 2023, il a été condamné à 42 mois d’emprisonnement pour «incitation à commettre des infractions, incitation à la violence collective et soulèvement ou mutinerie» ainsi qu’à des réparations financières en faveur de l’administration de la province de Jujuy. Il va interjeter appel de cette décision. plus

4 lettres envoyées  

FI 106/23-1 | Pérou
Terminée le 3 décembre 2023

Des personnes réfugiées risquent d’être expulsées

Les ressortissant·e·s vénézuéliens au Pérou ne peuvent plus demander une protection temporaire, qui permettait aux plus

Les ressortissant·e·s vénézuéliens au Pérou ne peuvent plus demander une protection temporaire, qui permettait aux réfugié·e·x·s de régulariser leur situation migratoire. Le 14 novembre, le gouvernement péruvien a publié le décret-loi n° 1582, qui ordonne l’expulsion de toutes les personnes étrangères en situation irrégulière et met donc en danger les très nombreux Vénézuélien·ne·s qui n’ont pas pu demander une protection temporaire avant l’échéance du 10 novembre. La procédure en 24 heures qui a été établie pour ces expulsions est incompatible avec les garanties d’une procédure régulière, avec le principe de «non-refoulement» et avec l’obligation internationale qui incombe au Pérou de protéger les personnes ressortissantes du Venezuela. Amnesty International demande au gouvernement péruvien d’abroger immédiatement ce décret. plus

5 lettres envoyées  

6560 articles
Page 1 de 656